Parutions aux Sources et aux Livres



Novembre 2016




216 pages 14 €
accompagné d'un CD de deux récits enregistrés par
Cédric Zimmerlin
À la fin du repas, excellent et très arrosé, tandis que fusaient en tous sens les bonnes vieilles blagues et leurs gerbes de rires, et alors que Laurent considérait qu’il n’y avait plus rien à craindre, Carole, petit sourire aux lèvres, demanda à Johanna comment allaient ses blessures.
– Blessures ? Quelles blessures ? s’inquiéta Marco.
Silence de trois secondes, pas plus, mais plus dense que l’acier. Johanna, le feu aux joues, lui montra son œil.
– Ah oui, en effet ! s’aperçut Marco qui l’instant précédent ne voyait rien.
– Je suis tombée, expliqua-t-elle comme on attrape une bouée de sauvetage.
– Ce sont ses lunettes qui…, jubila Carole.
– Mais non, ironisa Laurent qui avait beaucoup bu, c’est moi qui l’ai frappée !
– Je n’ai pas dit ça ! se défendit Carole désarçonnée.
– Je plaisante, voyons ! ricana-t-il.
Johanna regardait son assiette où fondait un reste de sorbet. Elle sentit le monde se fissurer autour d’elle.
– Mais oui, il plaisante, s’efforça de la rassurer Marco.
Extrait de Je crains moins le loup que l'homme

– On a fait de sa vie un enfer, monsieur. On l’a rendu fou. C’est pour ça qu’il a fugué et c’est pour ça qu’il s’est tué.
– Et alors ! soupire-t-il. J’en fais quoi de ça, moi ?... Hein ?...
Et, pianotant sur le rebord de son bureau :
– S’il fallait mettre en taule toutes les petites crapules de votre espèce, il n’y aurait plus personne dans les rues !
J’insiste :
– Mais monsieur, on est responsables de sa mort !
– Vous réglerez ça avec votre conscience !
Je repars déçu, écœuré, amer. Je me suis ridiculisé. Et à la limite, je viens de passer pour une balance à ses yeux…
Extrait de Sois rebelle et tais-toi

Bon de commande ici


Mai 2016



500 pages         20 €

Ces Éléments de psychanalyse ont une visée pédagogique à l'attention des honnêtes gens.

La psychanalyse, en un peu plus d'un siècle, est devenue, pour une part, un fait de culture. À ce titre, elle ne saurait se soustraire à toute critique éclairée. Cependant, on ne peut manquer de l’observer, les médias bruissent contre elle d'attaques dont les bases épistémologiques se révèlent fort incertaines.

Sans doute, faute de s'en référer aux Sources que sont d'abord les Livres, il est aisé de donner de la psychanalyse des caricatures outrées. Comme il est cependant certain qu'aucun discours n'est sans cause ni but, nous déduisons que la manière dont la psychanalyse est traitée est au service de la misère intellectuelle du temps, qui promeut le « scientisme » et le « bon sens » si nécessaires à l’idéologie libérale et mercantile dominante.

Dans le premier livre de ce travail, nous décrivons le tranchant inaugural de la découverte freudienne et des concepts qu'elle crée. Nouvelle révolution copernicienne.

Le deuxième livre continue de suivre l’élaboration théorique et clinique de Freud et des premiers psychanalystes. S’y esquisse le tableau d’une psychanalyse à la fois conceptuellement productive et pourtant déjà menacée de se perdre dans son succès grandissant.

Le troisième livre aborde la période la plus contemporaine des théories et des applications cliniques pour la compréhension desquelles les enseignements de Lacan restent fondamentaux.

Il faut considérer, à ce point, comment la psychanalyse est en mesure de répondre aux défis des nouvelles formes du malaise dans la civilisation. Réponses dont nous avons espoir qu’elles contribuent à résister à la dépression actuelle de la pensée, dont la crise, que l’on veut croire seulement économique, n’est pas le moindre symptôme.

Bon de commande ici







Toute la faune existante était réunie là, les yeux braqués sur lui, dans le silence le plus glacial. Toute l’arche de Noé, ici, à l’intérieur de cette salle gigantesque où se confondaient absurdement, prairies, forêts et montagnes, jungles et déserts, marécages, étangs, fleuves et océans. Tout cela, ici rassemblé, toutes les végétations, tous les climats, tous les cieux. Toutes les bêtes et bestioles possibles, tous les animaux imaginables de la Création. De compagnie, domestiques ou sauvages. De toutes familles, classes, ordres, et embranchements. Marchants, volants, rampants, nageurs. Chats, renards, lapins, boucs et bouquetins. Chevaux de trait, de course, de cirque. Veaux, vaches, cochons, couvées. Oies, pintades, canards, échassiers. Tous, là, devant lui, le fusillant du regard.
extrait de Le tribunal des animaux


Il replongeait dans ses ratures, mangeait son stylo, suçait sa gomme et louchait discrètement sur l’endroit où, pour la dernière fois, il l’avait aperçue. Elle était là, il respirait. Elle n’y était plus, il tremblait. Scrutait la banquise, de nouveau souriait : Ici, dans l’encoignure, juste au-dessus des Cinq Parties du Monde… C’était, avait-il remarqué, son divertissement favori. Lassée parfois de ses expéditions aériennes, elle quittait pour un temps le plafond, descendait le long du mur en direction du planisphère et parcourait les continents au mépris des mers et des océans, passant de l’Inde à la Chine en quelques enjambées, du Japon au Brésil selon son bon vouloir, ou de Madagascar à la Nouvelle-Zélande.

On redescend sur terre, Valentin !
extrait de Chers petits anges

Bon de commande ici






Poète elle-même, Hélène Cadou avait publié dès avant la mort de René Guy.  Puis, ce fut de longues années avant qu'elle ne revienne à l'écriture et contruise une oeuvre. Son oeuvre.

Présentée par Marie-Laure Jeanne Herlédan, cette plaquette rapporte les conférences
données parJean-Claude Albert Coiffard et Jean-Marie Gilory en novembre 2015 à Faugaret en Assérac. Poètes eux-mêmes, ils ont partagé avec Hélène Cadou une belle amitié littéraire dont ils donnent ici le témoignage.
 
On trouve aussi une bibliographie dont de nombreux titres sont heureusement encore disponibles.

Bon de commande ici





Ils étaient descendus boire un verre à la terrasse de la station service. Les vitres étaient entrouvertes, la porte de la cage mal fermée. En une seconde, Babylou prit la décision d’abandonner ses maîtres au bord de l’autoroute…

Ras les moustaches de cette famille... 

De cette saleté de voiture, où depuis trois heures maintenant, ses intestins faisaient des nœuds... 

Extrait de " Grandes vacances"

... La porte de sa chambre s’ouvrit furtivement et se referma.

C’était elle, comprit-il. Il patienta dix minutes environ : le temps qu’il lui fallait ordinairement pour terminer sa ronde et regagner l’infirmerie, à l’étage supérieur, celui des grabataires.

Passé ce délai, il se leva dans l’obscurité. Se rhabilla, enfila son manteau, enfila sa vieille paire de chaussures, inutilisée depuis son arrivée. Extirpa de sa trousse de toilette une liasse de billets qu’il fourra dans sa poche, puis quitta silencieusement sa chambre. Longea le couloir, emprunta l’escalier de service. Traversa le réfectoire, traversa les cuisines. Entra dans la réserve où il vola un pain dont il fit quatre morceaux qu’il introduisit dans un sac en plastique prévu à cet effet.

extrait de "Adieu la compagnie"

Bon de commande ici



Faut-il vraiment croire Jean-Marie Gilory quand il confie : "Je n’écris / jamais mieux / que par inadvertance" ?
C'est sa belle élégance.

Cependant...

[...] il n’est d’art
avec les mots
que si paraît
miraculeux leur assemblage
et juste deviné le
contour flou d’une émotion
dans ce qu’alors
mais alors seulement
on peut bien oser
nommer poésie.

Ce recueil le montre à l'envi !


Bon de commande
ici



...La troisième circulait à bicyclette : monsieur Fanini l’engagea.
Et très vite il s’aperçut, car pour être vieux, il n’avait pas les yeux dans sa poche, que madame Espina était très jolie. Petite, brune, les yeux riant, les lèvres couleur Marquise de Montespan, la chair généreuse ainsi qu’ont les femmes à la plénitude de l’âge (la cinquantaine supposait-il). Et en vraie méditerranéenne, elle avait la peau abricot, la démarche chaloupée, et toujours trop chaud.
Bien sûr, il l’avait dit, et redit, et répété toute sa vie durant d’ermite misogyne : Pas de femme à la maison… Mais six heures par semaine, qu’est-ce que c’était, six heures par semaine ! Et même pas dans la maison d’ailleurs, puisque seulement dans les allées. Et qu’était-elle sinon une rose de plus dans son jardin ? Rose agréable à regarder à défaut des honneurs de son nez… Et toujours trop chaud, sensuelle madame Espina ! Et sous le tissu léger de sa robe, le troublant remuement de ses formes tandis qu’elle balayait…
extrait de Blanche

Et cette fois, il trouva étrange, vraiment, cette confiance qu'elle lui témoignait.
Une confiance retenue et cependant aveugle. Confiance craintive de l'oiseau dans la main de qui vient de le ramasser. Il éprouva cette fois l'envie de l'engueuler. De lui dire : « mais nom d'un chien, réveillez-vous, qu'est-ce qui vous prouve que je suis honnête!... »
extrait de La bonne action de Gédéon


Bon de commande
ici


...Prince de l’Esprit Pur, lui dont Éluard écrit que « voici un homme qui n’a pas craint de se mêler au peuple insensé de son esprit, de se livrer entièrement au monde parfait de ses rêves », lui Saint-Pol-Roux, l’à nul autre pareil, s’adresse à nous.

L’arc-en-ciel est son arme, il irise son propos....

Marie-Laure Jeanne Herlédan

Bon de commande ici



Tiré à part d'une conférence donnée le 22 octobre 2011 :

... Pour ses paroles extrêmes de gravité, Xavier Grall à la manière de François Villon, mais autrement encore, marie des éléments poétiques du XVe siècle en une synthèse personnelle, une fusion expressive pour un lyrisme moderne ...

Marie-Laure Jeanne Herlédan

Bon de commande ici



...Et cette poésie, épique et lyrique à la fois, tout à fait et toujours, et à jamais « inactuelle », sans doute parce qu’avant tout « universelle » et « permanente », cette poésie de long cours et de lent souffle, n’a pas été écrite pour être éditée, le poète s’étant toujours fait en quelque sorte prier pour « abandonner » ses textes au martyr de l’imprimerie, comme s’il tenait à pouvoir considérer son écrit éternellement inachevé, toujours précaire, à tout instant révocable… C’est pourtant cette œuvre voulue malléable et délébile, mais sur la typographie de laquelle il ne tolèrera jamais moindre défaut, qui vaudra à son exigeant auteur le Prix Nobel de Littérature en 1960.

Jean-Marie Gilory

Bon de commande ici


...C’est toujours la même chose quand on s’approche de Perros, on perd le nord poétique. On peut alors écrire, s’écrire et surtout affoler les chants magnétiques. Voilà, ça commence, je vous le disais. Tous ceux qui ont lu et relu Perros, ceux qui l’ont côtoyé, tous en sont ressortis chamboulés...

Alain Lebeau

Bon de commande
ici


... Entre les deux rives, le poète explore le grand fleuve, toujours en voyage imaginaire. Il avance sur la barque ancestrale du jour et de la nuit, tel un vieil Anubis. Chargé d’un poids si lourd depuis de très longues années où la nef, après tempête et vie ébranchée, file le courant toujours, vers le Styx universel inexorable. Claude Serreau est un passeur, fanal à la main... 

Marie-Laure Jeanne Herlédan
extrait de la préface

Bon de commande ici

Juin 2013

Un volume de 110 pages, accompagné d'un CD avec un extrait d'interview et 3 pièces brèves pour piano composées et interprétées par Norbert Lelubre fils

15 €

" Ici commence une histoire sans limites ", celle d'un homme, ô combien modeste, dont la vie, souvent difficile, a été consacrée à l'Art : car Norbert Lelubre est bien près d'avoir été un artiste complet, lui poète et musicien, de son premier métier photogra-phe, ami et compagnon des peintres […]

Autodidacte, au plus noble sens du terme, c'est en gardant les yeux ouverts sur le monde, la ville et la nature, et avec sa sensibilité propre et une immense tendresse pour ses semblables et ses complices, les mots, qu'il a su mettre au service de l'art ses observations et les images qu'elles suscitèrent, visuelles ou sonores.

Norbert, c'était le sourire et la main tendue, le coup d'œil malicieux, une générosité et une profondeur qui se retrouvent dans ses textes dont l'association des Sources et des Livres a eu la judicieuse idée de rééditer certains afin que d'autres lecteurs puissent pénétrer dans cet uni-vers de lucidité et de beauté, lyrique et chaleureux, qu'il savait créer.

Extrait de la préface de Cl. Serreau

 

Bon de commande ici

Octobre 2012

 

 

90 pages 8 €

 

Cet inventaire n'est pas plus étymologique , que philologique . Il n'est pas non plus une triste rubrique nécrologique pour mots morts, non. Il est tout juste là afin de donner un petit surcroît de vitalité, une énergie nouvelle à de très chères productions langagières du temps passé, tombées, comme l'on dit, en désuétude, limogées, " relevées de leur fonction dans un énoncé " comme écrivait Monsieur de Saussure.

Alors, ami spécialiste des langues et du langage qu'il me plaît d'écouter tant vous êtes érudit de choses inutiles au monde moderne, mais néanmoins essentielles à notre humanité, ne vous en prenez pas à cette modeste tentative de sauvegarde.

Pas de philippiques à mon endroit s'il vous plaît, je ne fais que quérir dans le vieux Jules Trousset en cinq volumes du legs patrimonial, de pauvres abandonnés qui réjouissent encore l'oreille et qu'il me grée de recenser. Ils restent, sinon, dans l'ombre des pages encyclopédiques, proie facile de l'anthrenus museorum qui contribue grandement à leur disparition, tel un cadre supérieur dont on n'aurait plus besoin des compétences, dans un placard.

Faire un index des mots mis à l'index, voilà quelle a été la gageure.

Marie-Laure Jeanne Herlédan

Bon de commande ici

Parution le 22 octobre 2011

130 pages environ
14 €

6 conférences

données à la Maison de Nicodème
le 22 octobre 2011 :

Yves Loisel
XAVIER GRALL : "LA FOI EST AVENTURE "

Pierre Tanguy
XAVIER GRALL : L'ILLUMINATION DU MAGHREB

Marie-Laure Jeanne Herlédan
VILLON GRALL UN LEGS DE DÉTRESSE ET DE PIÉTÉ

Jean Lavoué
LAMENNAIS, STÈLE POUR UN FRÈRE PROPHÉTIQUE

Gilles Herlédan
TERRE PROMISE ET NOM PERDU…

Joseph Thomas
XAVIER GRALL, JEAN SULIVAN. FRÈRES D'ÂME, PROXIMITÉ ET DIFFÉRENCE

Bon de commande ici

 

 

 

80 pages - 10 €

Quatre regards sur
L'impensable qui fait penser

Après deux années d'existence, et toujours dans l'esprit qui a présidé à sa création, l'association LES SOURCES ET LES LIVRES a choisi de proposer après des journées consacrées à la littérature, l'art et la poésie - la dernière rencontre était dédiée au poète Armand Robin -, une réflexion autour de la psychanalyse.

Le thème de cette journée L'impensable qui fait penser porte le titre d'un ouvrage d'hommage collectif à Jacques Lebrun où histoire, théologie et psychanalyse sont convoquées pour éclairer ce qui a pu être producteur de pensée dans le défi de l'impossible à penser.

Nous savons que l'humain ne peut être réduit au biologique et qu'il s'inscrit aussi dans un registre symbolique. Le fait même qu'il soit doué de langage lui donne la faculté de penser et de symboliser. Les philosophes mais aussi les linguistes et les anthropologues - notamment le courant structuraliste - ont mis en évidence toute l'importance de cette dimension. .

Que dit la psychanalyse, quant à elle, sur l'humain pensant confronté à son inconscient ? Des symptômes psychiques aux crises sociales que permet-elle de penser ? Que dit-elle sur notre civilisation ? Ces questions méritent d'être posées sans relâche n'en déplaise à certaines attaques souvent mal informées, voire parfois malveillantes. Du moins ont-elles le mérite des provocations qui est de susciter de la pensée et l'occasion de faire un point raisonné sur ce dont on parle.

Ce que sait la psychanalyse - car elle aussi produit un savoir - peut-il être de quelque utilité dans le traitement des souffrances individuelles ou dans l'éclairage des manières dont les hommes construisent et agissent leurs liens ?

Nous proposons dans cet ouvrage le recueil des interventions de Brigitte Folliot-Hélen, Marie-Dominique Burgaud, Alain Cochet et Gilles Herlédan,
qui montrent à travers expériences cliniques, éléments de théorie et réflexions sur les enjeux de la psychanalyse dans notre monde contemporain, la nécessité de ne pas cesser de tenter de penser l'impensable.

Marie-Laure Jeanne Herlédan

Bon de commande ici

 

10 €

 

À l'occasion de la rencontre des 2 et 3 ocrobre 2010 à Timadeuc, nous livrons dans ce recueil de 70 pages une lecture croisée du Journal et des Lettres de Etty Hillesum.

Nul ne lit jamais une œuvre littéraire qu'à travers son prisme personnel. En ce sens, chaque lecture est subjective et le lecteur toujours un interprète. C'est d'autant plus vrai pour la lecture d'un journal, complexe et unifié à la fois, comme celui d'Etty Hillesum, monument de notations, d'impressions que chaque lecteur peut laisser résonner en lui. Qui n'a pu ouvrir Une vie bouleversée sans se dire : c'est comme si Etty écrivait pour moi ?
Marie-Laure Jeanne Herlédan nous avait déjà réjouis entre autres, par son travail de recherche sur les arbres et leurs racines dans l'œuvre de Jean Sulivan
L'invisible est dans le sensible en est le titre. Elle a aimé retrouver cette fois, accompagnée des mots de Rilke, la diversité des fleurs qui émaillent les pages du Journal et des Lettres jusqu'à la trame.
Joseph Thomas, en philosophe a repéré, au long du journal, le dialogue possible de ce texte avec la posture philosophique. Il aime croiser chez d'autres, la même impatience à dire le vrai non plus dans la seule arrogance déductrice, mais dans le creusement d'une approche à la fois rigoureuse et lente, par approximations. C'est ce qu'il pense reconnaître dans la démarche intellectuelle d'Etty, sa posture d'âme.
Gilles Herlédan, frotté de psychanalyse, sait discerner les habillages et les faux-semblants, les " lignes de crête " et autres " traversées des illusions ". C'est toujours avec bonheur qu'il guette dans le Journal, la requête d'un " dire ", qui demeure, envers et contre tout, ce par quoi le Sujet se confronte au Réel.
Chaque lecture a sa cohérence propre. Mais la complicité des regards différents peut vous rendre, lecteur, à même d'y ajouter la vôtre.
Etty n'a pas fini de nous accompagner à la trace du Nom.

Bon de commande ici

 

 

 

5 €

En décembre 2009, Brieuc Allée, jeune paludier installé sur le marais du Mès à Assérac, avait présenté à la Maison des Sources et des Livres un montage photographique où il expliquait sa découverte du métier de paludier et faisait partager sa passion.

Ce document remanié et complété est devenu un DVD où nous pouvons découvrir au long des saisons tout le travail nécessaire à l'arrivée du sel.

En vente à l'association au prix de 5 € + frais de port

Bon de commande ici

 

14 €

Voilà 30 ans que disparaissait celui qui était né Joseph Lemarchand en 1913 en Bretagne… avant de naître une seconde fois, 45 ans plus tard, sous son « vrai nom » d’écrivain, comme il le disait. Jean Sulivan. Il était aussi prêtre depuis 1938.

Que de temps passé ! De quoi se demander si sa parole vaut encore dans un monde dont, au vrai, il n’a rien connu. En quoi nous rejoint-il ? Comment l’entendons-nous aujourd’hui ?

Le colloque de Ploërmel dont nous donnons ici
Les Actes montre que le souffle de Sulivan – celui qu’il nous donne d’entendre dans toute son oeuvre – appelle à ce que Le plus petit abîme reste toujours ouvert à l’Esprit.

Un volume de 200 pages reprenant les communications du colloque de Ploërmel des 24 et 25 avril 2010 :

Joseph Thomas, Ouverture p. 7 Pierre Tanguy , Le monde a changé.
Quelle actualité de Jean Sulivan ? p. 11
Patrick Gormally; Jean Sulivan : les années de formation ou la naissance d'une parole p. 23 Marie-Laure Herlédan, Lectures… p. 57
Jean Lavoué, L'Exode de Sulivan : une parole d'intériorité pour aujourd'hui p. 63 Yvon Thomas, Sulivan et la spiritualité,
regards croisés ? p. 89
Gilles Herlédan
L'esprit des mots p. 111
Michel Guyomarc'h
Libre propos de lecteur… p. 139
Joseph Thomas, Du " souterrain " et du
" souverain " p. 145
Jean Lemonnier †, Lumière de La Chambre noire p. 165
Daniel Gautier, Présentation de Benito Pérez Galdós, Una novela : Nazarín
Una película : Nazarín por Buñuel p. 175
Joseph Thomas, Sulivan trente ans après ! p. 185
Bibliographie p. 193  

En vente à l'association au prix de 14 € + frais de port

Bon de commande ici

Du même auteur

 

Jardin de miel, suivi de Contes de la Bouëxière
Sur l'immensité du sable, Éd. Caractères, prix de la ville de Saint-Brieuc, 1985, Association des Écrivains Bretons
Un ange à la fenêtre, Prix Charles Vildrac 1988, Éd. Subervie, Postface de Henri Queffélec, Société des Gens de Lettres
Au clair-obscur de l'aube, Préface de Charles Le Quintrec, dessins de Rozenn Bouillé, Médiagraphic 1991, prix de la Fédération des Bretons de Paris, 1992
Le soleil de cristal, 1993, préface d'Antony Lhéritier
Bouquet de vos années, Anthologie, 1999, Liv'Éditions
Une étoile entre les lignes, Poésie Poche, 2003, Préfaces de Charles Le Quintrec et de Gilles Baudry, Liv'Éditions
La terre, le feu, le PAIN, Anthologie, 2004, Liv'Éditions
Goéland gueule ouverte, 2006, Liv'Éditions
Où le loup ? contes, 2007,
L'émeraude des Côtes d'Armor, Trio Création, 2009 photographies de Dominique Le Doujet
Je vais aux noisettes, 2009, hommage à Anne Chavériat


Christine Guénanten a naturellement trouvé sa place dans Poètes de Bretagne, anthologie de Charles Le Quintrec, écoutons...
"Comme en se jouant, comme en se récitant la rose,Christine Génanten salue l'ange qui la vient visiter et nous le donne à voir.
Elle est toute envolée, toute surprise, heureuse plus encore des rendez-vous que les fées lui donnent...
La terre entière est soudainement conviée à la tendresse, à l'amour.

En vérité, Christien Guénanten tisse, file,gouverne un univers en perpétuel état de fraîcheur...

En un mot, elle exorcise tout ce qu'elle voit et tout ce qu'elle touche et le plus commun des papillons, sous sa plume, conduit à l'extase."

 

 

12 €

Christine Guénanten

Publie son nouveau livre
édité par Des Sources et des Livres
dans la collection
" Quand un poème t'arrive… "
accompagné d'un CD offert

Vous pouvez écouter un extrait du cd

Sel et Ciel des mots aux marais salants

Bretonne née à Vannes, Christine Guénanten, est inspirée par les paysages dans leur infinie couleur. Ses yeux se posent et recréent l'eau de la fontaine, l'herbe du champ, le ciel. Alors, elle délivre " un océan de mots, un accueil à la fête, un flambeau ".

De son émerveillement désespéré elle fait naître poème, une hirondelle est à son côté qui l'emporte sur son aile car il lui faut " louanger " perpétuellement : c'est l'embellie radieuse du quotidien banal.

Elle fait cantique même à la mort qui, ainsi accompagnée en terre, laisse naître un arc-en-ciel où " l'oiseau s'élance dans le tableau ouvert au vert des larmes ".


Le cœur de Christine Guénanten trouve son tempo en regardant le monde qu'elle voue à la grâce et dont elle écrit la gloire.

Poèmes et proses dans ce nouvel ouvrage en donnent un éclatant témoignage.

Ce volume de cinquante pages est accompagné d'un enregistrement de la plupart des poèmes.

 

14 €

pour mieux voir cette couverture et quelques pages de ce livre, cliquez sur ces liens :

couverture
page 8
page 9

L'INVISIBLE EST DANS LE SENSIBLE (*)

est le premier ouvrage édité par l'association Des Sources et des Livres.

Ce petit livre trouve son origine dans une rencontre : celle des bois réalisés par Maryvonne Jeannes et des phrases de Jean Sulivan consacrées au bois, aux arbres, aux écorces, aux branches, recueillies par Marie-Laure, J., Herlédan.

Il fallait un temps et un lieu pour donner à cette rencontre de quoi se matérialliser. Ce fut en juillet 2008, dans la Magnanerie des Amis de Marcel Légaut, à Mirmande, que lors d'une semaine d'étude consacrée à L'Exode de Jean Sulivan, la nécessité est apparue de donner suite à une petite exposition des Bois de Maryvonne Jeannes accompagnés de citations de Sulivan.

Espérons que ce premier travail donne un témoignage assez exact de l'esprit du projet éditorial de notre association.

 

(*) Telle quelle ou avec quelques variantes cette phrase se rencontre à de très nombreuses reprises dans l'œuvre de Jean Sulivan — tellement caractéristique de sa façon de voir le monde.

Christine Guénanten a présenté son livre à la Maison Des Sources et des Livres le 5 décembre 2009 à Assérac au cours de la rencontre annoncée ici

Si vous souhaitez commander ces ouvrages, vous pouvez télécharger ici le bon de commande à imprimer ou recopier. Merci

Accueil
L'Association

Publié chez
Des Sources et des Livres